L’anorexie

image article blog l'anorexie

© Crédit photo : Pexel

Avant tout, laissez-moi vous dire que cet article traite d’une vision de l’anorexie attribuée aux médecines alternatives et s’inscrit dans la continuité du Dictionnaire des maux MoonRise. J’écris à ce sujet à partir de mes connaissances et de mes compétences énergétiques, je ne suis pas une professionnelle de santé. Il est de votre responsabilité de prendre en charge votre santé et de répondre à vos besoins.

L’anorexie est une maladie (dite mentale) qui touche majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Elle se traduit à travers un comportement de dénutrition conduit par le mental. Les personnes souffrant d’anorexie fournissent à leur corps une alimentation trop faible (voire inexistante dans certains cas). Vous le savez certainement, l’anorexie est une maladie qui peut avoir des répercussions très graves, il est donc indispensable de prendre en charge votre santé, votre corps et votre mental à temps. Cependant, lorsque votre mental est maître de vos agissements, il peut s’avérer extrêmement difficile (voire impossible) pour vous d’agir autrement. Et si vous compreniez d’où vient véritablement cette souffrance dont vous ne parvenez pas à vous défaire ?

Apprends à te regarder avec tes propres yeux et non ceux des membres de ta famille.

Les causes attribuées à l’anorexie de manière générale

La société dans laquelle nous vivons juge inlassablement les médias et les tient facilement pour responsables des maladies liées au poids. Alors oui, je suis d’accord, il existe certainement un lien entre le culte de la minceur qui circule dans les médias et les maladies qui découlent du rapport conflictuel qu’une personne entretient avec son corps. Mais je ne pense pas que ce soit la cause unique. Je pense que nous tenons la société pour responsable parce que tout est apparu en même temps : le culte de la minceur ET la génération qui refuse le « no feelings » (« pas de sentiments »). Je m’explique. Nous vivons actuellement dans une société où l’on rejette (à raison) l’intériorisation des émotions et les types de comportement qui poussent à garder et à taire ce que l’on ressent plutôt qu’à accueillir et accepter. Notre société dit « stop » et elle s’efforce à mettre des mots sur ce que l’on ressent : le monde se considère et s’éveille. Ces naissances de comportements opposés se retrouvent alors étroitement liées l’une à l’autre.  Nous sommes la génération qui désire changer l’éducation de nos enfants et qui souhaite placer l’être humain au centre de l’intérêt (émotions, éducation positive, communication, etc.). Les deux comportements opposés et du même « âge » tiennent alors l’autre pour responsable (et se jettent sans arrêt la balle). 

Oui : un lien existe entre ces des types de comportement. NON : le culte de la minceur véhiculé par les médias n’est pas l’unique responsable des maladies ayant un rapport avec le poids. Je pense que l’amalgame a ainsi été fait. Effectivement, une personne qui, dans son enfance, n’a pas reçu de croyances limitantes en lien avec le corps et l’alimentation sera nettement moins sujette à l’anorexie. 

PS : Je ne rejette pas entièrement la responsabilité de la société dans ce type de pathologie. Il se peut en effet que la société favorise ce type de maladie, mais je doute qu’elle en soit responsable dans son entièreté. 

Les causes profondes de l’anorexie

Comme toute autre maladie (mal-a-dit-), l’anorexie porte une réelle dimension émotionnelle. Les personnes victimes de ce mal renferment bien souvent des blessures ou des traumatismes liés à leur corps. Le regard que les parents portent sur leur enfant a une importance considérable et entière. Lorsqu’une personne souffre d’anorexie, elle est bien souvent victime de croyances (entièrement inconscientes) qui appartiennent à ses parents. Souvent, il s’agit de croyances et de pensées appartenant à la mère. Ces croyances sont alors acquises dans l’enfance de la mère, qui ensuite les transmet à son enfant. Les croyances dont il est question sont généralement liée au physique, par exemple : « il faut être mince pour réussir dans ce monde ». Cette conviction créée (inconsciemment) une barrière entre la mère et la fille : une partie de l’enfant cherche la considération de la maman outre son poids, tandis que la mère reste focalisée sur l’apparence de sa fille. 

L’anorexie peut alors être considérée comme une maladie « transgénérationnelle » : elle se construit au fil des générations et induit des répercussions inconscientes sur la lignée générationnelle. Il est indispensable de déceler ce type de comportement et de briser le schéma responsable de tels déséquilibres. 

Exprimez votre souffrance et criez-la au monde entier, laissez sortir tout ce que vous avez sur le cœur ! C’est de cette manière que vous vous délivrerez de cette camisole émotionnelle qui vous enferme.

Les soins énergétiques pour éloigner l’anorexie

Se faire accompagner énergétiquement par une thérapeute peut conduire à faire disparaître ce trouble du comportement alimentaire (TCA). L’objectif premier, lors d’une thérapie énergétique visant à apaiser l’anorexie, est de réconcilier la personne souffrante avec son enfance et avec les croyances limitantes qui lui ont été inculquées dès son plus jeune âge par l’un (ou les deux) de ses parents. Ce qui manque cruellement à cette personne est la communication avec le(s) parent(s) qui est à l’origine de ses croyances limitantes, culpabilisantes et erronées. Il est alors essentiel que la personne concernée (ré)apprenne à s’aimer et à s’accepter en dehors de ces croyances faussées qui la freinent dans l’accomplissement de sa vie comme elle l’entend. Elle devra apprendre à se regarder avec son propre regard, ses propres valeurs et sa propre considération, et non plus celle de ses parents. Pour se libérer de l’anorexie, elle devra se détacher du passé, se détacher de l’éducation qu’elle a reçue et apprendre à affirmer et inculquer ses propres croyances.

Dans ce type de thérapie, le rôle de l’accompagnante est de fournir les clés et les énergies nécessaires à l’accomplissement de telles tâches. La thérapeute chargée de ce/cette patient(e) accompagne et comble d’énergies positives. Elle transfère et abonde de paix, de réconciliation, d’acceptation, de confiance en soi, d’estime et d’autosuffisance. Il est essentiel que la personne (re)prenne sa santé (et sa vie) en main. Cependant et comme pour tout autre accompagnement thérapeutique, il est indispensable de s’investir et de croire que la guérison est possible.

Le mot de Céline

Si vous avez lu cet article jusqu’au bout et que la « personne concernée », c’est vous : vous venez de faire un premier pas. En lisant cet article vous acceptez de reconnaître que quelque chose n’est pas naturel et que vous conduisez un comportement autodestructeur. Soyez fier(e) de vous, vous êtes sur le bon chemin. Pour ma part, j’ai quelque chose à vous dire : apprenez à vous protéger de votre environnement lorsqu’il alimente vos souffrances les plus profondes. Qu’il s’agisse de personnes chères à vos yeux ou non : vous devez vous en détacher pour apprendre à vous focaliser pleinement sur vous. Vous devez accepter d’être au cœur de votre attention.